Le naufrage du Lusitania | Site d'histoire Historyweb naufrage du lusitania Le naufrage du Lusitania naufrage lusitania histoire historyweb 1

110 ans après le drame, le naufrage du Lusitania n’a toujours pas livré tous ses secrets. Construit et lancé en Écosse en 1907, le Lusitania est un paquebot destiné dans un premier temps au transport de voyageurs. Il a un jumeau – un sistership – le Mauretania, construit à l’identique presque en même temps que lui. Ces deux paquebots sont à l’époque les plus grands et les plus modernes du monde. Ils ont été financés en grande partie grâce au soutien financier actif de la Royal Navy qui, en contrepartie, se réserve le droit de les utiliser comme transports de troupes. C’est ainsi qu’à l’approche de la guerre, en 1913, la Royal Navy fait renforcer leurs blindages.

Le naufrage du Lusitania : le récit

Lors de son entrée en guerre, la Royal Navy exerce effectivement ses prérogatives. Elle réquisitionne à titre préventif le Mauretania ainsi qu’un autre paquebot, l’Aquitania. Des tâches militaires sont rapidement confiées aux deux navires, tandis que le Lusitania est tenu en réserve. En attendant que lui soit attribué un rôle militaire officiel, la compagnie maritime Cunard est autorisée à continuer à l’exploiter commercialement. C’est ainsi que le 24 avril 1915, le Lusitania rallie New-York où il fait escale. Puis il repart le 1er mai pour l’Angleterre, avec à son bord 702 hommes d’équipage et 1201 passager dont 188 américains. Même en pleine guerre mondiale, personne ne pense qu’un bâtiment civil pourrait être attaqué.

Le 7 mai 1915, à 12 milles marins de la pointe sud de l’Irlande, un sous-marin allemand, le U-20, repère le navire. Le Lusitania n’est pas armé. Impossible de le confondre par exemple avec son sistership – le Mauretania – qui a été équipé de canons légers en août 1914. Impossible également de le confondre avec un navire cargo (les allemands les ciblaient systématiquement parce qu’ils transportaient du matériel en provenance des USA et destiné à soutenir l’effort de guerre britannique). C’est donc bien un navire civil qui apparaît dans le périscope du U-Boat. Le U-20 est un véritable prédateur des mers. Et il n’en est pas à son coup d’essai. Déjà, la veille et l’avant-veille, il a réussi à couler trois cargos britanniques en leur lâchant ses meilleures torpilles. Il connait donc parfaitement son affaire. Pourtant, à 14h10, le commandant allemand, le Kapitanleutnant Walther Schwieger, ordonne de tirer une torpille sur le paquebot anglais. L’impact est violent et l’explosion de la torpille est immédiatement suivie par une deuxième déflagration beaucoup plus importante. En 18 minutes, le naufrage du Lusitania est consommé. Le navire coule au fond de l’Atlantique en emportant avec lui 1198 passagers et membres d’équipages, dont 128 américains et 63 enfants.

Pour l’opinion internationale, et notamment l’opinion publique américaine, le drame est une inqualifiable traîtrise de la part des allemands qui n’ont pas hésité à couler un navire désarmé transportant des civils innocents. Le président américain Wilson réclame officiellement réparation au gouvernement allemand.

Berlin évoque alors le fait que le Lusitania transportait non seulement des passagers, mais également du matériel militaire destiné à soutenir l’effort de guerre britannique. Les autorités allemandes considèrent donc le torpillage et le naufrage du Lusitania comme un acte de guerre tout à fait légitime. Le tollé est gigantesque. La fourberie allemande n’a plus de limite ! Prétendre que les britanniques et les américains aient pu mettre en danger la vie des passagers relève de la pure calomnie !

Et pourtant…

Le naufrage du Lusitania | Site d'histoire Historyweb -2 naufrage du lusitania Le naufrage du Lusitania naufrage lusitania histoire historyweb 2

Le naufrage du Lusitania : les zones d’ombres

La deuxième explosion survenue après celle de la torpille reste bien mystérieuse. Dans ses carnets de bord, retrouvés depuis, le commandant allemand évoque clairement la présence d’explosifs à bord pour l’expliquer. Les autorités britanniques, quant à elles, l’ont justifiée par la destruction d’une chaudière…

Le doute quant à un éventuel frêt militaire présent dans les soutes du Lusitania est donc bien réel. Les historiens ont patiemment remonté le filon de l’énigme. Il a fallu du temps, mais on sait aujourd’hui, malgré la disparition ou la falsification de très nombreux documents côté britannique, que le Lusitania transportait bien du matériel militaire en plus de ses passagers. Par exemple, 323 balles de fourrures chargées à New-York étaient destinées à la société britannique Babcock & Co. Or ladite société n’avait jamais traité de fourrures mais avait en revanche déjà reçu plusieurs livraisons… d’explosifs.  De même, on a retrouvé la trace dans les registres portuaires de 3863 boîtes de fromage de plus de… 18 kg chacune, à destination d’une boîte postale qui s’est révélée être la propriété… d’une branche de la Royal Navy. Les sources divergent toutefois quant à la quantité exacte du matériel en question. Il y aurait eu à bord vraisemblablement plus de 51 tonnes d’obus, 6 millions de cartouches de fusil ainsi qu’une grande quantité d’explosif. Une cargaison militaire qui n’aurait pas pu échapper aux espions allemands qui pullulaient dans les grands ports des Etats-Unis en 1915.

Le haut commandement allemand a donc très certainement donné l’ordre de couler le Lusitania sans ignorer le nombre de civils présents à bord. Civils sciemment mis en danger par les autorités britanniques qui ne pouvaient ignorer les risques encourus. Le rapport du commandant du U-20 sur la deuxième explosion serait alors venu confirmer à l’amirauté allemande la présence d’explosifs à bord en grandes quantité. Peut-être les allemands ont-il voulu montrer aux américains et aux britanniques qu’ils n’étaient pas dupes quant à l’utilisation militaire de navires transportant des civils… On s’interroge alors sur la pertinence de l’action dans le long terme.

Car le naufrage du Lusitania a eu de lourdes conséquences dans la suite de la guerre. En quelques semaines, l’opinion américaine, jusqu’alors très réservée quant à la guerre en Europe, a basculé en faveur d’un soutien officiel contre l’Allemagne, voire pour une intervention militaire directe. L’Allemagne a suspendu un temps sa guerre sous-marine, mais a décidé de la reprendre en janvier 1917 en menaçant, et cette fois officiellement, de couler absolument tous les navires américains, français ou britanniques quels qu’ils soient. Une décision qui pèsera lourd dans la volonté des Etats-Unis d’entrer directement en guerre, ce qu’ils feront en avril 1917.

Pour autant, malgré les certitudes des historiens quant à la véritable cargaison chargée à bord, toute la lumière n’a pas été faite sur ce drame. Les responsables côté britannique n’ont par exemple jamais été clairement identifiés et ne le seront certainement jamais. Les thèses les plus « conspirationnistes » – il y en a malheureusement toujours – vont jusqu’à prétendre que les britanniques auraient tout fait pour provoquer délibérément le drame dans le but de retourner l’opinion américaine et forcer la Maison Blanche à entrer en guerre. Sans amener la moindre preuve formelle.

Aujourd’hui encore, un siècle après le torpillage et le naufrage du Lusitania, l’Amirauté britannique ne reconnait toujours pas que le navire transportait à l’époque du matériel de guerre en plus de ses passagers et s’en tient à la version officielle d’un torpillage sauvage sur un navire convoyant exclusivement des civils.

naufrage du lusitania,naufrage du lusitania,naufrage du lusitania,naufrage du lusitania,naufrage du lusitania,naufrage du lusitania,naufrage du lusitania,naufrage du lusitania,naufrage du lusitania,naufrage du lusitania,naufrage du lusitania,

Le naufrage du Lusitania naufrage du lusitania Le naufrage du Lusitania naufrage lusitania histoire historyweb 11
En mai 1915 le naufrage du paquebot Lusitania, torpillé et coulé par un sous-marin allemand, fait près de 1200 morts civils. Un drame qui a fait basculer l'opinion américaine jusque là réticente en faveur d'une intervention directe au côté des alliés et qui recèle de très nombreuses zones d'ombre...

Articles connexes

A propos de l'auteur Voir tous les articles Auteur du site

Bruno Perrin-Turenne