La bataille de Verdun | historyweb.fr bataille de verdun La bataille de Verdun bataille verdun premiere guerre mondiale site histoire historyweb 1
Brancardiers français sous le feu pendant la bataille de Verdun
Partager :

La bataille de Verdun est la plus longue et la plus sanglante des batailles de la première guerre mondiale. « L’enfer de Verdun » dure 10 mois, de février à décembre 1916, pendant lesquels l’horreur de la guerre des tranchées atteint un paroxysme jamais égalé.

Plus d’un an auparavant, en août 1914, l’Europe et le monde s’embrasent. C’est le début de la Première Guerre Mondiale. En France, l’avance allemande semble tout d’abord irrésistible. Jusqu’à ce que survienne la contre-attaque sur la Marne où anglais et français parviennent à exploiter à leur avantage une erreur de manœuvre des allemands. C’est alors la « course à la mer », pendant laquelle les belligérants tentent vainement de se déborder par le flanc.

Au final, le front se stabilise sur une ligne d’environ 750 à 800km, de la mer du Nord à la Suisse. C’est la fin de la guerre de mouvement. Les armées adverses s’enterrent dans des lignes de tranchées fortifiées. La guerre qui ne devait durer que quelques semaines est en passe de prendre une toute autre tournure…

1915 voit divers combats meurtriers mais sans grande importance stratégique.

La bataille de Verdun : le contexte

L’hiver 1915/1916 est l’occasion pour les adversaires de préparer leurs plans pour l’année à venir.

A l’est, les allemands préfèrent temporiser leur action pour ne pas s’enfoncer trop profondément en Russie. C’est sur le front occidental qu’ils envisagent de reprendre l’initiative. Quant aux anglo-français, ils prévoient une grande attaque sur la Somme censée percer les lignes ennemies. Le général allemand Falkenhayn projette quant à lui une offensive écrasante sur un saillant du front français : la ville de Verdun. Il veut d’abord anéantir les troupes françaises sous un déluge d’artillerie, puis lancer son infanterie pour achever d’occuper le terrain. Le but de Falkenhayn n’est ni plus ni moins que de saigner à blanc l’armée française en l’engageant dans une véritable guerre d’usure et d’anéantissement.

Bataille de Verdun |Cadavre français près de Douamont bataille de verdun La bataille de Verdun bataille verdun premiere guerre mondiale site histoire historyweb 7

Verdun | Au bord d’une tranchée près de Douaumont…

 

Bataille de Verdun | Jeune soldat allemand | historyweb.fr bataille de verdun La bataille de Verdun bataille verdun premiere guerre mondiale site histoire historyweb 3

Verdun | Jeune soldat allemand

La bataille de Verdun : le déroulement

La préparation allemande

Pour les allemands, le secteur présente trois avantages majeurs. Le premier est que cette zone est un saillant français de la ligne de front qui s’enfonce significativement du côté allemand. De fait, la zone est déjà entourée de trois côtés à la fois par les forces du Kaiser. Elles disposent dans le secteur d’un bon réseau logistique routier et ferroviaire, là où les français n’ont qu’une route et une voie ferroviaire possibles pour acheminer leurs renforts. Le second est que les français ont dégarni toute la zone en y prélevant de nombreuses troupes et beaucoup de matériel. Les défenses françaises sont en mauvais état et très insuffisantes. La couverture défensive de la zone est rendue très compliquée par la rivière Meuse qui représente un obstacle naturel contraignant. Le réseau de forts qui ceinture la zone de défense française (dont Douaumont et Vaux) est vétuste et très peu adapté à la guerre moderne. Falkenhayn connait parfaitement toutes ces faiblesses dans le dispositif français et il entend bien les exploiter très rapidement pour atteindre ses objectifs en infligeant un maximum de pertes à ses ennemis. Le troisième avantage est que le secteur se trouve très près du carrefour ferroviaire de Metz, un très important nœud stratégique pour les français dont la prise ou la neutralisation pourrait rapidement paralyser l’approvisionnement et les déplacements.

Les allemands amassent un matériel et un nombre de troupes considérables. Ils regroupent plus de 1200 pièces d’artillerie de tous calibres, en insistant particulièrement sur l’artillerie lourde. Ils rassemblent près de 20 divisions d’infanterie, dont 72 bataillons protégés dans des abris souterrains. Il faut ajouter à cela toute la logistique nécessaire, des munitions – plus de 2 500 000 obus – jusqu’au ravitaillement. Naturellement, ces préparatifs de grande ampleur ne peuvent échapper aux renseignements français qui alertent leur état-major. Mais le général en chef Joffre reste incroyablement passif.

Le déclenchement

Le lundi 21 février 1916, vers 7h du matin, un déluge de feu et d’acier s’abat sur les lignes françaises. La bataille de Verdun est engagée. En deux jours, près de 2 millions d’obus sont tirés sur un front de quelques kilomètres. Les canons allemands ont reçu l’ordre de tirer à volonté, sans coordination particulière du feu, ceci pour maximiser le nombre de coup tirés et infliger le plus de dégâts et de pertes possibles au français. Ce terrible bombardement va durer toute la journée. En quelques heures, toute la végétation disparaît. Les massifs forestiers des Caures, de Haumont et de Herbebois sont totalement déchiquetés pour laisser place à un paysage lunaire apocalyptique. A 16 heures, plus de 60 000 soldats allemands s’élancent sur six kilomètres, près du bois des Caures. Ils investissent le terrain et l’aménagent rapidement pour mettre en batterie l’artillerie de campagne, menaçant ainsi directement les lignes de liaisons et de ravitaillement françaises. Les pertes côté français sont déjà terribles. Complètement prises au dépourvu, les unités françaises sur les lignes les plus avancées ont été littéralement broyées par les déflagrations et ensevelies sous des milliers de mètres cube de terre et de gravats.

Bataille de Verdun | Bombardement allemand | historyweb.fr bataille de verdun La bataille de Verdun bataille verdun premiere guerre mondiale site histoire historyweb 6

Verdun | Bombardement allemand

Bataille de Verdun | Soldats français sous les bombardements | historyweb.fr bataille de verdun La bataille de Verdun bataille verdun premiere guerre mondiale site histoire historyweb 5

Verdun | Soldats français sous les bombardements

 

On peine aujourd’hui à se figurer de manière réaliste le calvaire des soldats français qui sont retrouvés écrasés et déchiquetés par cet enfer d’acier et de feu. Dans les tout premiers jours de l’offensive, les défenses françaises sont complètement disloquées et broyées, comme le prévoyait le plan des allemands qui se persuadent rapidement que le succès est tout proche. D’ailleurs, très vite, dès le 25 février, les troupes d’assaut allemandes s’emparent du fort de Douaumont. La perte est rude pour les français qui voient leur principal point d’appui potentiel tomber sans qu’ils aient vraiment pu le défendre ou en profiter. Avec la prise de Douaumont, les allemands ne sont plus qu’à 5 km de Verdun et se rapprochent inexorablement.

Mais c’est là que le plan de Falkenhayn va commencer à s’enrayer. En effet, l’intense préparation d’artillerie allemande révèle vite ses inconvénients. Le terrain est devenu lunaire, parsemé de cratères d’obus gigantesques et obstrué de débris et d’obstacles en tout genre. Alors qu’ils auraient du exploiter rapidement leur avantage en s’engouffrant dans la brèche créée, les allemands voient leur progression considérablement ralentie par les résultats trop destructeurs de leurs propres bombardements…

La bataille de Verdun : la résistance inouïe des soldats français, la voie sacrée

Tandis que l’infanterie du Kaiser essaie tant bien que mal d’avancer dans un terrain totalement ravagé et presque impraticable pour les armements lourds, l’incroyable se produit. Dans les positions françaises dévastées, des survivants surgissent çà et là. Ils ne sont que quelques poignées, souvent sans officiers, sans ordres, sans moyens de communiquer, sans ravitaillement, complètement hébétés par les bombardements. Et pourtant, dans un sursaut de survie complètement surréaliste, ces soldats, qui ne sont plus que des fantômes, résistent avec un courage et une abnégation inouïes. Utilisant les reliefs du terrain détruit et les multiples obstacles, ils parviennent, là où ils se trouvent, à exploiter les difficultés de progression des allemands et leur infligent des pertes terribles, sans que ces derniers puissent adopter une tactique logique face à cette résistance complètement inorganisée. Pour parer à l’urgence, Joffre détache deux divisions pour soutenir le secteur et les donne au général de Castelenau avec les pleins pouvoirs pour prendre n’importe quelle initiative susceptible de bloquer l’avance allemande. Dès le 24 février, de Castelnau jette ces troupes dans la fournaise en rationalisant leur déploiement avec beaucoup de sens tactique. Avec les survivants des bombardements, elles parviennent à rétablir un semblant de front. Il faut à tout prix éviter la rupture des lignes qui entraînerait une retraite catastrophique et l’effondrement tant recherchée par l’ennemi. Le 25 février, Joffre décide enfin l’envoi de la 2ème armée française au complet. À sa tête, un certain général Pétain qui se voit bientôt confié le commandement de toutes les opérations de la zone.

Bientôt, devant un Falkenhayn incrédule, l’avance allemande est stoppée alors même qu’elle aurait dû enfoncer définitivement les lignes françaises. De fait, la prise de Douaumont n’aura été pour les allemands qu’un succès éphémère qui ne se concrétisera pas et, dès le 26 février, l’échec de la percée éclair allemande marque la fin de la première phase des combats.

Bataille de Verdun | Cadavre d'un soldat français | historyweb.fr bataille de verdun La bataille de Verdun bataille verdun premiere guerre mondiale site histoire historyweb 4

Verdun | Cadavre d’un soldat français

 

Bataille de Verdun | Soldats allemands en mouvement | historyweb.fr bataille de verdun La bataille de Verdun bataille verdun premiere guerre mondiale site histoire historyweb 15

Verdun | Soldats allemands en mouvement

Pétain prend la défense du secteur à bras le corps. Pour couvrir les fantassins, il met en place le plus rapidement possible de l’artillerie lourde, récupérée et acheminée tant bien que mal. Et pour parvenir à maintenir ses lignes, il réorganise toute la logistique française.

Le seul accès pouvant permettre aux français de maintenir une ligne de ravitaillement et de soutien est une petite voie de chemin de fer. Sinueuse, en mauvais état, elle suit une petite route départementale de 56km qui se transforme en un bourbier impraticable à la première pluie. Qu’à cela ne tienne. Les français n’ont pas le choix. On réquisitionne des civils. La route est aménagée sommairement. La voie ferrée est renforcée et dégagée. Un flot ininterrompu de camions est organisé nuit et jour dans les deux sens de circulation. On comptera jusqu’à un véhicule toutes les quinze secondes. On ne s’embarrasse pas de principes. Interdiction absolue de stationner ou de gêner le trafic. Plein ou vide, un véhicule endommagé ou en panne est immédiatement jeté dans le fossé. Chaque semaine, plus de 90 000 hommes et 50 000 tonnes de matériel, munitions et vivres sont transportés sur cette route que des civils pavent et entretiennent sans interruption. Cette artère se révèle tellement stratégique et vitale pour les français qu’elle est vite appelée « la Voie Sacrée ».

Pour assurer une combativité maximale de ses troupes, Pétain organise également des repos et des relèves fréquentes à partir d’une très large éventail d’unités. Au final, près de 70% des soldats de l’armée française participeront à la bataille de Verdun, ce qui renforcera le sentiment de cohésion nationale autour de ce terrible affrontement. En face, les allemands n’adoptent pas du tout le même système. Les repos et les relèves seront bien moins fréquents et s’organiseront uniquement à partir des corps d’armée déjà engagés au début de l’offensive.

Bataille de Verdun | La Voie Sacrée | historyweb.fr bataille de verdun La bataille de Verdun bataille verdun premiere guerre mondiale site histoire historyweb 9

Verdun | La Voie Sacrée

La bataille de Verdun : l’enlisement

Début mars, la première phase de la bataille de Verdun est donc terminée. Les allemands n’ont pas atteint leurs objectifs et la défense française n’est pas brisée. Bien au contraire, les français sont prêts à tout pour résister : « On ne passe pas ! ».

Pourtant, Falkenhayn va s’entêter envers et contre tout. Le massacre va encore durer dix mois, jusqu’en décembre 1916. Dix mois interminables pendant lesquels les soldats des deux camps vont s’étriper dans un véritable enfer. S’il en restait un semblant, l’humanité disparaît totalement du front où ne règnent plus que la barbarie, la sauvagerie, les gaz de combat, la terreur des lance-flammes, les traumatismes des bombardements, la boue, le feu, l’acier brûlant, le sang et partout l’odeur insoutenable des cadavres en décomposition.

Les troupes allemandes sont finalement repoussées sur leurs positions de départ. Des deux côtés, le gain de terrain est absolument nul. Une gigantesque boucherie pour rien. On estime les pertes, tués, blessés ou disparus, à près de 380 000 côté français et près de 340 000 côté allemands. Plus de 22 millions d’obus ont été tirés. 80% des pertes dans les deux camps sont dues directement à l’artillerie. Cet affrontement inhumain dont on peine à imaginer la violence reste le plus long et l’un des plus dévastateurs de la Première Guerre mondiale.

Pendant toute l’année 1916, la bataille de Verdun devient pour les français le symbole national de la résistance et du courage…

Bataille de Verdun | Blessés français | historyweb.fr bataille de verdun La bataille de Verdun bataille verdun premiere guerre mondiale site histoire historyweb 16

Verdun | Blessés français

 

Bataille de Verdun | Soldats allemands en première ligne | historyweb.fr bataille de verdun La bataille de Verdun bataille verdun premiere guerre mondiale site histoire historyweb 2

Verdun | Soldats allemands en première ligne

 

Bataille de Verdun | Tranchée française | historyweb.fr bataille de verdun La bataille de Verdun bataille verdun premiere guerre mondiale site histoire historyweb 17

Verdun | Tranchée française

Sur la bataille de Verdun :

bataille de verdun La bataille de Verdun q  encoding UTF8 ASIN B00XMP0HNA Format  SL250  ID AsinImage MarketPlace FR ServiceVersion 20070822 WS 1 tag historyweb 21bataille de verdun La bataille de Verdun ir t historyweb 21 l as2 o 8 a B00XMP0HNA
bataille de verdun La bataille de Verdun q  encoding UTF8 ASIN 2717868712 Format  SL250  ID AsinImage MarketPlace FR ServiceVersion 20070822 WS 1 tag historyweb 21bataille de verdun La bataille de Verdun ir t historyweb 21 l as2 o 8 a 2717868712
bataille de verdun La bataille de Verdun q  encoding UTF8 ASIN 235617026X Format  SL250  ID AsinImage MarketPlace FR ServiceVersion 20070822 WS 1 tag historyweb 21bataille de verdun La bataille de Verdun ir t historyweb 21 l as2 o 8 a 235617026X
bataille de verdun La bataille de Verdun q  encoding UTF8 ASIN 2081376946 Format  SL250  ID AsinImage MarketPlace FR ServiceVersion 20070822 WS 1 tag historyweb 21bataille de verdun La bataille de Verdun ir t historyweb 21 l as2 o 8 a 2081376946

 

Liens :

Le site du centenaire de la première guerre mondiale

Voir les champs de bataille

Visitez le site de l’office du tourisme

Bataille de Verdun | Ossuaire de Douaumont | historyweb.fr bataille de verdun La bataille de Verdun douaumont dia n1

Verdun | Ossuaire de Douaumont

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La bataille de Verdun bataille de verdun La bataille de Verdun bataille verdun premiere guerre mondiale site histoire historyweb 1
La bataille de Verdun intervient dans le contexte particulier de la deuxième année de la guerre. C'est la plus longue et la plus meurtrière de toutes les batailles de la Première Guerre Mondiale.
Partager :

Articles connexes

A propos de l'auteur Voir tous les articles Auteur du site

Bruno Perrin-Turenne

3 CommentairesEcrire un commentaire

Leave a Reply