Le pacte germano-soviétique

Le pacte germano-soviétique | Historyweb le pacte germano-soviétique Le pacte germano-soviétique le pacte germano sovietique

Egalement connu sous l’appellation de « Pacte Molotov-Ribbentrop » ou « Pacte  Hitler-Staline », le pacte germano-soviétique est un accord diplomatique entre l’Allemagne nazie et l’URSS. Il a été signé dans le plus grand secret, le 23 août 1939, à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, à Moscou, avec Joseph Staline en maître de cérémonie. Les signataires officiels sont les Ministres des Affaires Étrangères des deux pays. Joachim von Ribbentrop, pour l’Allemagne et Viatcheslav Molotov pour l’Union Soviétique. Très officiellement dénommé « Traité de non-agression », il entérine entre les deux pays que tout oppose, une série d’accords d’assistance, de coopération, de fourniture de matière première et de matériel et de non-agression militaire. Plusieurs protocoles additionnels sont signés le 28 août puis le 28 septembre. Enfin, des clauses secrètes, qui ne seront révélées que bien plus tard, statuent sur le partage de la Pologne dont l’invasion est prévue pour septembre 1939.

À l’époque, tout, absolument tout, oppose les deux pays. Hitler et les nazis détestent les bolchéviques, Staline, le communisme et la « race slave » qu’ils considèrent comme devant être asservie en esclavage à la « race des seigneurs », la « race aryenne ». La nouvelle de la signature du pacte germano-soviétique va d’ailleurs créer une véritable onde de choc en Europe.

Comment deux pays et deux dictateurs qui se détestaient plus que tout ont pu en arriver à signer un pacte de non-agression aussi improbable ? Le pacte germano-soviétique a-t-il été l’étincelle qui a mis le feu aux poudres de la Seconde Guerre Mondiale ? A-t-il été le fruit d’une politique machiavélique commune entre Hitler et Staline scellant une vision de longue date pour en finir avec les démocraties occidentales ? Pacte d’opportunisme, pacte contre nature ou pacte diabolique entre les deux dictateurs ?

Éléments de réponse…

Le pacte germano-soviétique

Le pacte germano-soviétique : le contexte international

Au début des années 1930, l’Allemagne nazie dirigée par Adolf Hitler entreprend de remettre en cause le traité de Versailles signé après la première guerre mondiale. L’Union Soviétique de Staline voit évidemment d’un très mauvais oeil la montée en puissance puis l’arrivée au pouvoir du fascisme en Allemagne. D’autant que Hitler a clairement exposé la doctrine nazie vis à vis de l’URSS dans son livre Mein Kampf : conquérir l’espace vital du Reich à l’est en éliminant les slaves et en éradiquant le bolchévisme.

Dès 1932, Maxime Litvinov, le ministre soviétique des Affaires Etrangères, enjoint Staline d’opérer un rapprochement avec la France et la Grande-Bretagne. Staline est réticent. D’autant que les démocraties occidentales semblent bien passives face aux coups de canifs répétés de Hitler au Traité de Versailles. Et puis l’Ours de Géorgie, en prise à une paranoïa croissante, a entrepris de grandes purges intérieures, dans l’appareil du parti communiste et dans l’armée. Il a d’autres chats à fouetter. Il laisse donc agir son ministre, mais sans vraiment l’appuyer.

L’idée de Litvinov est plus qu’ambitieuse. Il s’agit rien moins que de reformer la Triple Entente, l’alliance britanico-franco-russe qui avait prévalu avant et pendant la première guerre mondiale. Mais voilà, la France et la Grande-Bretagne ont été plus qu’échaudées par la Révolution soviétique. Toutes deux considèrent le communisme comme une menace bien plus prégnante que les agitations de l’Allemagne nazie.

Mais Litvinov et les diplomates soviétiques sont persuadés d’avoir vu juste. Entre 1932 et 1938, ils vont s’efforcer à plusieurs reprises de convaincre les français et les britanniques. Du côté de Londres, on fait traîner. Une alliance avec la Russie Soviétique est tout simplement impensable. Du côté français, en revanche, la diplomatie russe rencontre une oreille plus attentive. En la personne de Louis Barthou, le Ministre des Affaires Etrangères. Barthou est l’un des rares politiques français à prendre des initiatives. Le pacte germano-soviétique.

Le pacte germano-soviétique. Le pacte germano-soviétique.

À suivre…

La suite de cet article
est réservée aux abonnés

Abonnez-vous ou connectez-vous ci-dessous pour lire l'intégralité de l'article.

Laissez un commentaire